Anne Perré Storage | Philippe Pasqua
Philippe Pasqua, l'art contemporain, c'est Anne Perré Storage.
anne perré,storage,galerie,pasqua,philippe,emmanuelpons,art contemporain,paris,france,correia,fauroux,rannou,chantob,dussac,bayet
15677
single,single-portfolio_page,postid-15677,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-6.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.3,vc_responsive
Arnaud, huile sur papier, marouflé sur toile, 200x160cm, 2010
Arnaud, huile sur papier, marouflé sur toile, 200x160cm, 2010
Aveugle, technique mixte sur papier, 200 x 150 cm, 2010
Aveugle, technique mixte sur papier, 200 x 150 cm, 2010
Philippine, huile sur papier, marouflé sur toile, 235x160cm, 2010
Philippine, huile sur papier, marouflé sur toile, 235x160cm, 2010
Vanité grise, encre et peinture sur papier, environ 215 x 160 cm, 2010
Vanité grise, encre et peinture sur papier, environ 215 x 160 cm, 2010
Visage de femme, huile sur papier, marouflé sur toile, 200 x 160, 2010
Visage de femme, huile sur papier, marouflé sur toile, 200 x 160, 2010
Artiste

Philippe Pasqua

Category
Artistes
A propos...

Philippe Pasqua s’est imposé au fil d’un itinéraire hors-norme comme l’un des artistes majeurs de sa génération.
Dès le départ, son art impressionne et bouscule les certitudes de celles et ceux qui le côtoient, tel le grand critique Pierre Restany.
Chez Pasqua, le goût du monumental va de pair avec une attirance pour ce qu’il y a de plus vulnérable : les corps et les visages. Avec parfois ces différences stigmatisantes que l’artiste, au travers de sa peinture, reprend à son compte et magnifie : portraits de transsexuels, de trisomiques ou d’aveugles…
Handicaps, différences, obscénité ou sacré : chaque toile est le fruit d’une lutte, d’une tension entre ce qui est montrable et « toléré » et ce qui est socialement refoulé ou occulté.
La peinture de Pasqua, on la reçoit comme un choc physique mais aussi comme une vision à la fois explosive et incisive. L’amplitude des gestes de l’artiste — une danse où alternent brutalité et finesse, transe et lucidité —, commande le format monumental de ses toiles.
Il débute en peignant des sortes de fétiches ou d’énigmatiques silhouettes évoquant le vaudou. Puis, peu à peu, son regard se tourne vers celles et ceux qui l’entourent. Il s’immisce dans les plis et replis de l’intimité des êtres ; va jusqu’au tréfonds de leur être.